Palettes bleues, pomme et oiseaux

Publié le par Claudine Goyot

Attente sur un parking

 

Palettes bleues érigées en immeuble derrière un entrepôt, une seule pomme sur le pommier et des centaines d’oiseaux dans deux arbres.

Si les centaines d’oiseaux se posent sur la pomme, elle roulera jusqu’aux palettes et glissera entre le sol et la première palette . Si les centaines d’oiseaux la cherchent, ils se glisseront à leur tour sous la première palette, battements d’ailes de centaines d’oiseaux, les palettes vont se soulever et s’envoler portées par toutes ces ailes.

Et l’enfant qui sortira du magasin le nez en l’air : «- maman , regarde, un immeuble volant dans le ciel…

-Tu racontes n’importe quoi » dira la mère penchée sur son portable qui lui indique par gps où retrouver la voiture sur la parking de la zone commerciale.

L’immeuble en palette est déjà loin à tire d’ailes , ça avance vite un immeuble aux centaines d’ailes.

Survol du port de pêche, survol des galions aux trois mâts, survol de la grande digue, le voici au milieu des grandes ailes en toile…

Les oiseaux le déposent avec délicatesse sur la crête d’une vague…L’immeuble hésite, tangue un peu, va – t-il couler là au milieu des surfers et des véliplanchistes ?

Non ! le vent vient à la rescousse et pousse les palettes vers le large, voici l’immeuble volant devenu radeau … et la peinture peu à peu se dilue dans l’eau.

Et l’enfant qui remplit son petit seau au bord de la plage : « - Papa, regarde, l’eau de la mer est bleue…

-Tu crois ça ! »dit le père penché sur son portable qui lui indique comment trouver un restaurant au décor insolite pour le repas du soir.

Et ce ne sont plus que quelques palettes de bois brut qui s’en vont sur la mer, au milieu des paquebots géants et des méthaniers divers.

Au milieu du grand océan, un radeau de palettes croise un canot surchargé pleins de visages tendus par la fatigue et la peur.

Et l’enfant serré contre la poitrine de sa mère :  «  - maman, un immeuble, on est arrivé ? »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article